• Dimanche 2 avril 2017 


"AOÛT 1667 : louis XIV prend lille et la garde"

ALAIN LOTTIN

        Professeur émérite d’histoire moderne. Président honoraire des universités Lille III et d’Artois et de l’Université Populaire de Lille.

                  Casino Barrière                            

SYNOPSIS

Il y a 350 ans, Louis XIV prenait Lille. L’événement figure au Recueil des commémorations nationales 2017. Les Lillois croyaient connaître une paix durable après le mariage du roi de France avec l’infante Marie-Thérèse en 1660. Mais à la mort du père de celle-ci (1665), Louis XIV, invoquant un droit de dévolution, réclame pour la reine des provinces des Pays-Bas espagnols. Le 28 mai 1667, le roi à la tête d’une puissante armée emmenée par Turenne, prend villes après villes. Le 10 août, il est devant Lille avec 35000 hommes. Après les attaques qui suivent la Saint-Louis, le Magistrat négocie une capitulation qui garantit les privilèges de la ville. Le 28 août la reine et le roi font leur entrée à Lille. Les Lillois espéraient cette occupation temporaire. Ils apprennent « sans joie » le 2 mai 1668 que le traité d’Aix-la-Chapelle, acte le rattachement de Lille à la France. 

 

BIBLIOGRAPHIE

  • ALAIN LOTTIN, Lille, d’Isla à Lillemétropole. Lille, Ed. de La Voix du Nord, 2003.
  • ALAIN LOTTIN, 1598-1668, Citadelle de la Contre-Réforme ? Lille, n.éd. PU Septentrion, 2013.
  • ALAIN LOTTIN, La révolte des Gueux en Flandre, Artois, Hainaut (16e  S), rééd PU Septentrion, 2016.
  • ALAIN LOTTIN, PHILIPPE GUIGNEt,
  • ALAIN LOTTIN, Histoire des provinces françaises du Nord : t.3, de Charles Quint à la Révolution Française, Arras, réed. Artois Presses Université, 2016

 

                 

  • Dimanche 22 janvier 2017 


QUE DEVONS-NOUS AUX PHARAONS ?"

CHRISTIAN CANNUYER

Professeur à la Faculté de Théologie de l’Université Catholique de Lille. Président de la Société Belge d’Études Orientales.

                   Salle casino Barrière 

 SYNOPSIS

Fascinés par l’Égypte, certains Grecs y avaient vu l’origine de leur civilisation. Peut-être étaient-ils un peu trop enthousiastes. Il n’en demeure pas moins que l’Égypte pharaonique a beaucoup donné à la civilisation occidentale. Certains de ses legs sont relativement bien connus, comme le calendrier solaire de 365 jours. Mais, d’autres sont pratiquement ignorés. L’exposé se propose de partir à la recherche des héritages insoupçonnés de l’Égypte antique dans notre culture scientifique, littéraire, religieuse, symbolique, linguistique… On soulignera ainsi qu’à côté des apports de la Grèce, de Rome, du monde germanique ancien et de la tradition monothéiste juive et chrétienne, l’Égypte pharaonique est aussi bel et bien une des sources de notre culture occidentale, plus discrète sans doute mais tout de même essentielle

  

 BIBLIOGRAPHIE

  • J. DORESSE, Des hiéroglyphes à la croix. Ce que le passé pharaonique a légué au christianisme, Istanbul, 1960.
  • J.R.HARRIS(ed) The Legacy of Egypt, 2nd ed, Oxford, 1971. CHR. DESROCHES NOBLECOURT, Le fabuleux héritage de l’Égypte, Paris, 2004. 
  •  Dimanche 6 novembre 2016 



"GREFFE DE MAINS, GREFFE DE VISAGE :

enjeux éthiques"

BERNARD DEVAUCHELLE

 PROFESSEUR, CHIRURGIEN AU CHU D’AMIENS.

MARTIN DUMONT 

Ancien élève de l’ENS,  Professeur agrégé  de philosophie.

Modérateur : JEAN- FRANÇOIS REY Philosophe, Président de Cité Philo

Salle Alain Colas 

 SYNOPSIS

L’extension récente des techniques de greffe aux tissus composites-main(s) ou visage- confronte les équipes chirurgicales à des questionnements éthiques renouvelés, voire tout à fait inédits. Plus particulièrement, les greffes de visage soulèvent une foule de questions philosophiques : comment le patient s’approprie-t-il son nouveau visage, en quoi et comment devient-il le sien ? Comment sourire à nouveau ? Comment retrouver, à travers les expressions du nouveau visage, l’altérité d’autrui, les interactions sociales ? Ces nouvelles possibilités de greffe ouvrent, à nouveau, la question de l’identité : que signifie être un soi, biologiquement et existentiellement ?».

BIBLIOGRAPHIE

  • MARTIN DUMONT, L’annonce au malade Paris, PUF, 2015.

  •  Dimanche 13 novembre 2016 

                  LE FRONT POpULAIRE :

HISTOIRE ET MÉMOIRE"

ALAIN BERGOUNIOUX

                Historien, Président de l’Office Universitaire  de Recherche Socialiste, Directeur de la Revue  socialiste. 

               Salle Alain Colas  

 SYNOPSIS

Le Front Populaire a marqué notre histoire collective. Ce n’est pas un « objet » froid. Il est toujours évoqué avec passion. L’historiographie a, certes, tranché un certain nombre de débats. Mais, des mémoires différentes se confrontent encore. C’est que le Front Populaire a créé un irréversible dans la société française qui n’a plus été la même après. Il n’a pas été une révolution politique mais il a été une révolution sociale. Cette conférence s’attache à faire comprendre les enjeux de ces années intenses, à voir comment le Front Populaire s’inscrit, à la fois, dans une histoire courte, avec le poids des évènements, et dans une histoire plus longue qui en fait, comme le disait Léon Blum, un « maillon » important de notre conscience nationale.  


  •   Dimanche 20novembre 2016 

"LE PROCHE ORIENT DANS LA TOURMENTE" 

ANTOINE SFEIR

Directeur des Cahiers de l’Orient, 

Président  de l’Institut Libre d’Étude des Relations  Internationales.

                                          Casino Barrière

 SYNOPSIS

La situation en Irak, en Syrie, en Palestine, en Israël et au Liban n’a pas cessé de se dégrader. L’attitude occidentale vis-à-vis des évènements du Proche-Orient est pour le moins ambiguë et semble de plus en plus dénuée de toute vision politique. S’il est dans l’intérêt des États-Unis - et nul ne peut leur reprocher -, de démanteler les États-nations issus de Sykes-Picot en micro-États ethniques ou confessionnels, cela va à l’encontre des intérêts européens. Ainsi, la France clame-t-elle à l’unisson avec les autres pays de l’Europe qu’elle ne laissera jamais tomber la souveraineté libanaise et se trouve piégée par sa propre diplomatie, et l’irruption du pseudo califat de « l’État islamique » l’oblige à ne plus isoler Bachar el Assad avec lequel nous avons rompu nos relations diplomatiques et perdu ainsi toute source de renseignement que nous obtenions auprès des Syriens. Et, plus grave, on a livré de nouveau le Liban à un pays dont la puissance de nuisance est toujours intacte.


  •  Dimanche 27 novembre 2017 

              "UN VOYAGE MUSICAL À QUATRE                                     MAINS DANS LA  VIENNE                                      IMPÉRIALE DU XIXe SIÈCLE"                  

GUILLAUME COPPOLA & HERVÉ BILLAUT

Pianistes

 Casino Barrière

 

SYNOPSIS

 

La Valse, symbole du rayonnement de l’Autriche des Habsbourg, atteint une nouvelle dimension artistique grâce au génie de Johannes Brahms, viennois d’adoption. Venue de l’autre côté du Danube, la musique tzigane sera à l’honneur dans les Danses Hongroises du musicien allemand et aura influencé les traditions occidentales bien des années auparavant comme en témoigne le Divertissement à la Hongroise d’un autre Viennois célèbre, Franz Schubert. Guillaume Coppola et Hervé Billaut vont nous entraîner dans la magie de cette musique, leur quatre mains expertes s’entremêlant dans une symbiose musicale rare. 

   


  • Dimanche 11 décembre 2016 

"LA RÉVOLUTION FRANÇAISE ET LES ÉTRANGERS " 

GUILLAUME MAZEAU

Historien

                                    Salle Alain Colas 

 SYNOPSIS

C’est sous la Révolution Française que la question de ce qu’est un « étranger » par rapport à la nation s’est posée pour la première fois à la nouvelle communauté civique qui était en train de naître. Fondée sur des principes universels et cosmopolites, la Révolution s’est au départ traduite par une réelle générosité, un accueil et une confiance envers ceux qui n’appartenaient pas à cette communauté, mais qui faisaient le choix d’adhérer à ses valeurs. Puis, dans le contexte de guerre, de guerre civile et de peur, les étrangers sont devenus les cibles des politiques de répression des contre-révolutionnaires. Pour être considéré comme Français, la nationalité et le droit du sang se sont de plus en plus imposés : le partage de principes et de pratiques ne fut plus considéré que comme une condition annexe de l’appartenance à la communauté civique. L’identité s’est progressivement substituée à la citoyenneté. C’est cette histoire que nous souhaitons retracer ici, car elle parle évidemment à notre présent, marqué par la République, l’État d’urgence, la défense des « identités » et le rejet croissant des immigrés, réfugiés et étrangers.

  

 

 

 

 



 

  • Dimanche 9 octobre 2016 

01_delevoye.PNG"LA NOUVELLE ORGANISATION TERRITORIALE DE LA RÉPUBLIQUE :"

l’intercommunalité : une révolution silencieuse. les nouvelles régulations du monde et
le rôle des métropoles. la région hauts-de-france face aux défis européens.

 

                                       JEAN PAUL DELEVOYE

Ancien Ministre et ancien Médiateur de la République. Ancien Président du Conseil Économique, Social et Environnemental. 

Théatre Sébastopol 

 SYNOPSIS

La révolution numérique fait disparaître les frontières. Les Etats ne traversent pas la mondialisation dans une sombre indifférence car ils sont remis en cause dans leurs principes constitutifs et dans l’accomplissement de leurs fonctions et il est difficile pour les communautés sociales de se redéfinir face aux espaces en mutation. Il nous faut réhabiliter l’avenir non comme une survie mais un espoir, pour retrouver une capacité à agir. C’est la montée en puissance des territoires et des citoyens qui est plus que jamais nécessaire afin de pallier l’affaiblissement des Nations lié à l’effacement de toute vision commune de l’avenir collectif et à la disparition progressive de la conscience d’une antique solidarité de destin.

 


  •  Dimanche 16 octobre 2016

03_haaresher"LA DÉMOCRATIE ET LA LIBERTÉ D’EXPRESSION SURVIVRONT-ELLES AU TERRORISME ?

 

GUY HAARSCHER

       Professeur émérite à l’Université Libre de  Bruxelles, Professeur au Collège d’Europe 

Théatre Sébastopol  

 SYNOPSIS

Certains considèrent [c’est le cas de la Cour européenne des droits de l’homme dans certains de ses arrêts les plus discutables] que, dans une société pluraliste, la coexistence de conceptions diverses implique une certaine auto- restriction de la liberté d’expression: disons ce que nous pensons, qui est différent de ce que pensent les autres, mais sans les choquer, sans heurter leurs sensibilités, en les respectant, en ne les offensant pas « gratuitement ». Si l’on adopte cette conception, il est à craindre que plus personne n’ose critiquer la religion d’autrui et que règne le politiquement correct, au péril de la démocratie et de la libre pensée. À court terme, cette attitude peut permettre d’éviter certaines violences. À long terme, elle détruira le tissu de nos démocraties. Croit-on vraiment qu’une limitation raisonnable de l’impertinence à l’égard de la religion calmera les choses? Elle donnera surtout des ailes aux censeurs potentiels, galvanisés par cette première victoire

BIBLIOGRAPHIE

  • GUY HAARSCHER, Les démocraties survivront-elles au terrorisme ? Éd. Labor, 2006.
  • GUY HAARSCHER, Les droits de l’homme au miroir de la Cour suprême des États-Unis. Travaux de l’Académie royale de Belgique, 2014.
  • GUY HAARSCHER, Le loup dans la bergerie. Liberté d’expression et controverse du créationnisme. Édition du Cerf, 2016