Les traités de paix de la Grande Guerre

Jean-Marc Guislin

Professeur émérite de l’Université de Lille, ancien directeur de « La Revue du
Nord ». Spécialiste d’histoire politique et d’histoire régionale (1848 à nos jours).

Date / Heure : dimanche 20 janvier 2019 à 10:30 - 12:00

Lieu : Salle Alain Colas


Parmi les traités qui mettent fin au premier conflit mondial, le Traité de Versailles signé avec l’Allemagne, tend à occulter tous les autres, eux aussi imposés par les vainqueurs qui souhaitent faire triompher, au moins en Europe, le principe des nationalités cher au président Wilson. Ces traités (Saint-Germain, Neuilly, Trianon, Sèvres), signés en 1919-1920, amputent et désarment les Etats vaincus (Autriche, Bulgarie, Hongrie, Turquie) qui souvent souhaitent leur révision, à commencer par la Turquie qui reprend les combats jusqu’au traité de Lausanne (1923). Ils permettent l’agrandissement d’anciens Etats, Italie, Grèce, Roumanie et la (re)création de nouveaux, Pologne, Tchécoslovaquie, souvent fragiles. « Tous ces traités de la banlieue sont faits de la même porcelaine fragile » disait Albert Thibaudet en 1924, signalant ainsi leurs imperfections. De fait, ils portent certains germes de nombreux futurs conflits du XXe siècle, ce qui peut être résumé par la formule « de Sarajevo (1914) à Sarajevo (1992) ».

VIVRE ENSEMBLE/FAIRE SOCIÉTÉ