REPORTÉ : Qui parle l’Européen

Jacques Darras

Poète et linguiste

Date / Heure : jeudi 03 février 2022 à 18:00

Lieu : Auditorium du Palais des Beaux-Arts


Jacques Darras est poète et linguiste. Ayant soutenu un doctorat d’anglais sur Joseph Conrad au lendemain d’études à la rue d’Ulm il a enseigné la poésie britannique et américaine à l’Université de Picardie. Il a traduit Walt Whitman, William Blake, Samuel Taylor Coleridge, Malcolm Lowry et adapté les Poètes médiévaux du Nord de la France. Il a reçu le Prix Apollinaire (2004) et le Grand prix de Poésie de l’Académie française (2006).

À la question «Qui parle l’européen?» la réponse semble aller de soi. Per- sonne, bien entendu. Personne ne parle l’européen. Chacun, en Europe, parle sa langue propre, cependant que quelques uns parlent entre eux la langue plus ou moins commune qui s’appelle l’anglais. On le savait déjà, direz-vous, vous ne nous apprenez rien. Sans doute mais la réponse platement négative est-elle vraiment satisfaisante? Reformulée ainsi, la question devient plus complexe et pas moins légitime, renvoyant à des notions de philosophie poli- tique ou de linguistique. «Parler» n’est jamais univoque mais le lieu d’une ambiguïté essentielle, en effet. Certes nous parlons tous une langue, sinon la même, mais en dépit des incompréhensions linguistiques originelles, pouvons très bien nous entendre. Il existe des compréhensions translinguistiques qui s’appuient sur la pure et simple curiosité, voire la curiosité amoureuse. Il peut y avoir un érotisme d’au-delà de la langue. Je peux parler amoureusement de pays dont je ne parle pas un traître mot. C’est ce qui, pour moi, rend l’Europe si excitante, au milieu de tous ces monolinguismes massifs qui prétendent se partager le monde autour de nous. Ne serait-ce finalement pas cela le savoir parler l’européen ? Une langue qui s’apprendrait dans l’au-delà même des langues respectives et singulières. Nous essaierons de dire en quoi notre propre amour de l’Europe se fonde sur cette intuition.